Révélation mineure de Monde -Chicago Blues-

mardi 27 septembre 2011, 09:54

Les petites epiphanies quotidiennes doivent nous convaincre d’une attention permanente aux apparitions ostentatoires de Monde ; c’est de l’endroit où l’on pourra le moins s’attendre à des surgissement de Monde qu’il y en aura, et peut être que ceux-ci n’auront de sens qu’à nos yeux propres, et qu’il sera difficile de soumettre ni d’intégrer ces intuitions à une analyse sérieuse ; il y a, dans la part d’inconnu qui entoure Etude, un espace possible de solitude pour le Chercheur de Monde. Soit.

Fourchette an 1000 Fourchette 1925
Représentation de Fourchette (XIème siècle, 1925)

//

« Pour la date du 05 novembre dites moi car si non je la reporte pour la faire avec mon groupe de CHICAGO BLUES. »

//

Postulons que Chicago Blues existe dans Monde.

Chicago Blues , dans Monde, est différent du genre musical qui est joué dans le monde et nommé Chicago Blues .

Prenons Chanteur A, qui n’a pas conscience de Monde, et veut seulement jouer du Chicago Blues. A cette fin, il quitte les Musiciens A, B, C, avec qui il jouait du Chicago Blues, jusqu’au moment où il a pris conscience que ce qu’il croyait être du Chicago Blues n’est pas vraiment selon lui, Chicago Blues. Il croit, mais sans savoir qu’il le croit, détenir le secret de Chicago Blues. Il monte un nouveau groupe de Chicago Blues, avec les Musiciens A’, B’, C’, et avec pour dessein inconscient mais inévitable, de remplir la fonction de Groupe de Chicago Blues.

L’échec annoncé à devenir Groupe de Chicago Blues tient en plusieurs causes :

– Chanteur A n’a aucun regard sur lui-même ; il CROIT être, dans le premier groupe comme dans le deuxième, Chanteur de Groupe de Chicago Blues. Deux approx-Mondes de Chicago Blues de Chanteur A se succèdent. Il pourra y en avoir d’autres par la suite, plus ou moins proches de Chicago Blues, mais aucun ne sera jamais, sauf par hasard incroyable, Groupe de Chicago Blues.

– Chanteur A n’est pas rigoureux dans son travail et sa sélection de références, alors que son projet inconscient d’être Chanteur de Groupe de Chicago Blues devrait l’entrainer à la plus grande rigueur. Il a une vision approxmondeisée plutôt claire de Chicago Blues, mais ne se donne pas réellement les moyens de tendre vers cet approx-Monde.

– Dans les deux cas, les Musiciens A, B, C et A’, B’ et C’ n’ont pas, contrairement à Chanteur A, de vision d’approx-Monde de Chicago Blues. Par contre, ils sont rigoureux, et en travaillant leur artisanat, vont décortiquer les caractéristiques techniques du Chicago Blues, le démonter et apprendre à en jouer plus ou moins grossièrement. Il ne joueront certainement pas Chicago Blues, et seront définitivement handicapés, malgré tout leur talent instrumental, dans la potentialité de jouer un jour Chicago Blues. Seul un Chercheur de Monde pourrait prétendre pouvoir jouer Chicago Blues.

Il apparait que la distorsion entre ChanteurA et Musiciens A, A’… témoigne de la complexité des approx-Monde eux mêmes ; il apparait que le GroupeA ou le GroupeB construit, en tant qu’entité, ce que l’on pourrait appeler un « ersatz d’approx-Monde », qui parait être plus éloigné de Monde, et en même temps plus caractéristique de Monde pour le chercheur de Monde.

Plus l’ersatz d’approx-Monde est grossier, plus il est facile à lire, et décrypte l’objet d’approx-Monde vers lequel veut tendre l’ersatz d’approx-Monde.

L’ersatz d’approx-Monde est hiérarchiquement placé en deça de l’approx-Monde, qui est lui-même une division réduite de Monde.

Une chose est certaine, c’est que l’approx-Monde Chicago Blues est donné à entendre par des « vrais » musiciens de Chicago Blues. Les « faux » musiciens de chicago-blues ont cependant plus de chance, par leur grossière interprétation musicale, par leur défauts, de donner à voir, en creux, les caractéristiques de Chicago Blues.

Je reformule : Un approx-Monde dominant du Chicago Blues est joué par des vrais musiciens de Chicago Blues, et illustre à priori plus Chicago Blues dans Monde, mais les « faux » musiciens de Chicago-Blues, par leur ersatz de Chicago Blues, donnent à priori plus à imaginer et caractériser Chicago Blues dans Monde qu’un « véritable » ou « crédible » approx-Monde de Chicago Blues.

Ainsi :

– les néo-nazis nous en apprennent plus sur le nazisme que les nazis.

– La droite décomplexée dite « sarkozyste » nous en apprend plus sur les valeurs de la droite que la droite.

Ainsi que :

– Les cérémonies spectaculaires de l’art contemporain nous en apprennent plus sur l’impossibilité d’institutionnaliser l’art que les « vrais » artistes à l’ego discret en apparence, critiquant l’institution mais ne rêvant que d’y avoir la place qu’ils croient leur être due.

– La démocratisation d’internet et internet comme preuve de la démocratie nous en apprennent plus sur la disparition de la démocratie que les indignations face à la disparition de la démocratie.

– La publicité nous en apprend plus sur le vide de la société que le discours vide sur la société vide elle-même.

Publicités

Tentative de note sur Monde / appeler un chat Chat

jeudi 4 août 2011, 20:24

L’assainisseur d’appartement : petit flacon à capsule métallique qui contient un liquide aromatique à évaporation (L’évaporation est un passage progressif de l’état liquide à l’état gazeux. Elle est différente de l’ébullition qui est une transition rapide. C’est un changement d’état appelé vaporisation.) assainissante et insecticide. Grâce à une tige (La tige est chez les plantes à fleurs, l’axe, généralement aérien, qui prolonge la racine et porte les bourgeons et les feuilles. La tige se ramifie généralement en branches et rameaux formant l’appareil caulinaire.) de fleur (La fleur est constituée par l’ensemble des organes de la reproduction et des enveloppes qui les entourent chez les angiospermes -aussi appelées plantes à fleurs-) artificielle piquée dans la capsule, le liquide monte par capillarité (La capillarité est l’étude des interfaces entre deux liquides non miscibles, entre un liquide et l’air ou entre un liquide et une surface. Elle est mise en œuvre lorsque les buvards aspirent l’encre,…) et s’évapore par les pétales.

Quelques petites inventions, 1930, Techno-Science.net, rubrique « Rétro »

///++++++

Base : il y aurait Monde, et il y aurait les approx-monde. L'étude de Monde pourrait se nommer Etude. L'étude et la description des approx-mondes pourrait s'appeler l'approxmondeigraphie. Le processus de construction d'un approx-monde pourrait se nommer approxmondeisation. Le terme qui définirait une image d'approx-monde pourrait s'appeler un approxmondeisme.

Acté : opposition objectif/subjectif est caduque : il n'y a que le réel, le fait, ce qui est. Ou sinon, il n'y a que des subjectivités et des objectivités en même temps. Toutes les subjectivités et objectivités en même temps sont Monde.

"Le monde, celui fait de singularités, de noms propres et d'histoire, dans lequel nous vivons, présente parfois à nos yeux inquiets certains objets qui, plus que d'autres, nous mettent sur la voie de Monde (...) pourtant, l'intuition de Monde nous a bien effleuré, et nous poursuivons désormais la recherche de Monde et des fonctions hiératiques et affirmatives qui le peuplent."

/////////////////

– il n’est pas de foi dans Monde : Monde est seulement l’incarnation d’une idée féconde, aux potentialités nombreuses, qui peut ou ne peut pas servir de grille de lecture du monde et de ses représentations passées et présentes.

– s’intéresser à Monde ou aux approx-monde n’est qu’une question d’affinité et de compétences. Travailler à l’un ou l’autre des domaines, étude de Monde ou étude des approx-mondes, revient à travailler à la connaissance de Monde. Ne pas étudier Monde et les approx-monde, ne pas avoir conscience de leur présence, c’est quand même illustrer Monde, c’est quand même y participer. Vivre, même, manger, faire l’amour, lire un livre, et toutes les manières de le faire, et tous les rituels conscients ou inconscients que cela présuppose, ce qu’on en retire (et ce qu’on n’en retire pas), à chaque fois illustrent Monde. Monde est là partout et nulle part à la fois, puisque personne ne comprends et ne connait Monde. Aucun homme d’affaire n’est Homme d’affaire, mais tous les hommes d’affaires sont un peu dans Homme d’affaire.

– La création artistique pourrait avoir un rôle particulier dans Monde. Les intuitions artistiques pourraient être des intuitions de Monde. Etude : représentation plus rigoureuse mais abstraites de Monde. Artistique : vision non rigoureuse mais apparue. Les deux, étude rigoureuse et création artistique intuitive s’interpénètrent, nourrissent la connaissance de Monde, autant que la connaissance de Monde se nourrit de la description des approx-mondes.

– Lien avec intuition diachronique, vue comme résonances entre approx-mondes qui permettraient de détecter du commun, du Monde. Monde, c’est le commun. Un commun à jamais insaisissable à ceux du monde, car pour eux à jamais incomplet. Ce commun absolu n’est que pensable, jamais représentable d’aucune manière. Face à Monde, l’habitant du monde en est réduit à des pronostics.

Le moutardier automatique : en appuyant avec le pouce sur le fond, on chasse un piston intérieur et on force (Le mot force peut désigner un pouvoir mécanique sur les choses, et aussi, métaphoriquement, un pouvoir de la volonté ou encore une vertu morale « cardinale » équivalent au courage (cf. les articles « force (vertu) » et…) la moutarde à sortir par l’orifice.

– Réponse provisoire : nul besoin de créer artificiellement et arbitrairement notre propre approx-monde : celui ci existe déjà. En le nommant, en l’écrivant, on peut le dogmatiser, le figer ; mais qu’on le fasse ou non, il existe. Par exemple, le travail dans notre approx-monde diffère en grande partie du travail dans l’approx-monde dominant, l’approx-monde commun de la société dans laquelle nous tenons une place (constitué lui-même d’une multitude d’approx-mondes individuels, plus ou moins proches, mais au moins assez pour constituer un approx-monde dominant). Dans notre approx-monde, on peut affirmer que la dichotomie travail/loisir tend à ne pas exister, alors qu’on peut affirmer que celle ci est prégnante, même fondamentale, dans l’approx-monde dominant. L’approxmondeisme « arabe » (entendu uniquement comme le mot et tout ce qu’il charrie de représentations, non la personne qu’il prétend définir) existe dans notre approx-monde (je dirais même pollue notre approx-monde) mais étant questionné, disséqué, il n’a plus la même réalité ni la même force que dans l’approx-monde commun.

Il serait sans doute intéressant de dresser l’inventaire, même nécessairement incomplet, d’éléments constituants notre approx-monde. Il serait intéressant de dresser l’inventaire de ce que nous considérerions comme l’approx-monde dominant, et de confronter les deux. Nous pourrions voir apparaitre, en creux, des raisons de divergences fortes qui seraient tout à coup ici révélés.

///=

Un paysage miniature, décor de train extrêmement pauvre. UNE église, séquencée. UN wagon, répété. Le circuit est pauvre, lui aussi. Le déplacement du convoi est d'une régularité effrayante. Les vaches ne bougent pas. Le camion de laitier livre sa marchandise pour l'éternité.

///

Un art formalisé, un art d’académie, qui montre les convenances, les goûts d’une époque et d’une classe sociale donnée, un discours préconvenu et balisé, normé, compris; tout cela en dit autant sur les approx-monde, et donc potentiellement sur Monde, qu’un art de recherche ou un discours sur l’approx-monde et Monde.

/////

Ne pas créer illustre un approx-monde. Ne pas créer est tout à fait intéressant. Il y a là un mystère infini.

Depuis la grande galerie de l’évolution la remarque d’évidence suivante : l’histoire des sciences, et particulièrement l’histoire des taxinomies scientifiques nous en apprendrait beaucoup sur la connaissance des approx-mondes. De Gilles Clement, « ce que l’on nomme existe » ; ce que l’on ne nomme pas n’existe pas. Fleur, Monstre marin, Cheval sont devenues une infinité de fleurs et d’animaux. Fleur est devenue Ranunculaceae, Papilionoideae, puis Ranunculus ololeucos et Leguminosae-Papilionoideae. Une question, dès lors : la disparition des espèces accélérée par l’activité humaine occasionnera-elle un retour vers Fleur et vers Monde?

//////

La publicité dans une société d’hyperconsommation est de toute évidence une illustration des plus prégnantes de construction d’approx-mondes à finalité mercantile, concourant à la construction d’un l’approx-monde dominant qui est caractérisé par une indigence spirituelle frappante, d’autant plus imparable qu’elle est multipliée à l’envie dans l’infini des écrans télévisuels, clignotants, fixes, animés, figés. L’enfant Kinder chocolat n’est-il pas Enfant? La mise en abyme de son nom ne le rappelle-elle pas assez?

+++

L’art convenu apprends sur l’approx-monde historique, l’art d’avant garde sur un approx-monde aux balises élargies.

Auncun individu n’est Individu. Même le plus pauvre et bête gars incarne tour à tour une infinté d’illustrations de Monde et d’approx-mondes. Egalité dans Monde.

 Lien avec historiographie du présent (au niveau simple que je connais) ; établir l'approx-monde contemporain reviendrait à une historiographie du présent ; écriture partiale, partielle, incomplète mais pas moins rigoureuse d'un approx-monde donné. Historiographie : la rigueur n'empêchera jamais l'échec dans le traitement d'un sujet.

//////////

Conclusion : Monde pourrait être un système, une grille de lecture des grilles de lectures, à partir de laquelle reformuler les questions.

Il paraitrait étonnant qu’un système finalement aussi simple n’ai pas déjà été imaginé ; l’approx-monde Platon nous en donne l’indice.

(Note de la note : Ces bribes sont en grande partie des redites et des réponses médiocrement formulées ; l’urgence de Monde a fait compiler cela aussi compulsivement ; d’autres sauront développer, rendre compréhensibles et poétiques ces méditations collectives)